Bushido 武士道 “Way of the Warrior”

 "Bushido" comes from the word ‘bushi’, which means "warrior" and the word ‘do’ means "the way". So "Bushido" means, "the way of the warrior." Briefly “Bushido” is the code of moral rules, which the Japanese warriors or ‘Samurai’ were required to observe. In today’s Japan those warriors or ‘Samurai’ no more exist, but the philosophy of “Bushido” does. So it is essential to know about “Bushido” to understand Japanese culture.

 The warriors or ‘Samurai’ were the members of the Japanese feudal military aristocracy from the 11th to the 19th centuries. “Bushido” was an unwritten code of life for Japanese Samurai (warriors), very similar to the medieval knights of Europe, demanding absolute loyalty to a warrior's master and obedience and valuing honor above life. In this sense "Bushido" is also referred as “Samurai spirit”. "Bushido" is the ethical code made up of seven moral principles, which the samurai were required to strictly follow.

 Now, we see how these warriors or ‘Samurai’ were created in Japan. For centuries military tradition exerted a powerful influence on people’s life. Military leaders initially were loyal to the emperors, but with the rise of the great private estates, in the mid-eighth century, imperial control weakened. The local feudal lords gradually became authoritative and independent of the imperial government. This gave rise to chaotic conditions and lawlessness in the countryside. Provincial officials used local armed groups to secure their land and compete for power.

 By the mid-twelfth century, these local armed forces had developed into a distinct warrior class (bushi, or samurai), completely overshadowing the military strength of the imperial government. By the end of the sixteenth century, samurai dominated the social and political hierarchy that existed under the military regime and developed into a hereditary elite. Originally Samurai’s role was limited to guard the Emperor and the nobility. Later on they entered the politics and gradually took over the political power by making the emperor and nobility step down.

 Eventually, a customary moral set of laws, “Bushido”, was developed. According to this code, the samurai was bound to accept death in battle rather than flee or surrender. He was also entitled to kill anyone who he found corrupt or disloyal. The “Bushido” code also emphasized personal honesty, respect for others, willingness to sacrifice oneself for honor, loyalty to the superiors, and absolute obedience to duty in hardships or danger.

 The seven main principles of “Bushido” are:

 1. Integrity & Sincerity.
 A Samurai must always do what is good for the people. He will make the right choice even if left alone. Nothing stops a samurai to complete what he has said.
 2. Bravery and courage.
 A samurai must have daring courage and should show it every moment of living, in danger or otherwise. He must not be afraid to act. The show of courage should not be blindly but with wisdom and intelligence.
 3. Kindness and compassion.
 A Samurai should treat all with kindness and compassion. As a samurai becomes strong through intense training, that power must be used for the good of all. He should help others at every opportunity with compassion.
 4. Politeness & Respect.
 Politeness is more than just being kind - it’s about caring about others. A samurai is courteous even to his enemies. If we do not respect, we are nothing more than animals.
 5. Honesty & Justice
  A Samurai should be extremely honest in actions and words and dealings with all people. There are many tales of those who were put to death for lying.
 6. Honor.
 A Samurai must earn honor at all cost as honor is your highest virtue and truth. Your decisions and the way they are carried out reflect who you truly are.
 7. Duty & Loyalty.
 A Samurai must be loyal to all and particularly to the superiors. Samurai believed loyalty as being more valuable than life itself. He considers himself responsible for all his actions.

 In feudal Japan a lord provided financial and military protection to his vassals and in return expected absolute obedience from them, otherwise the entire system would have collapsed. So the most important duty of a samurai was loyalty to his lord. Japanese would fight to the death to protect their master's honor or commit suicide if they felt they had had disgraced their lord. They would also hunt for and kill a person who disgraced their lord. Honor was so important to the samurai that they would repeatedly take their own lives for any failure, or violating "Bushido" rules. Committing suicide was a way to restore honor to his lord and family.

 Samurai were also expected to be well educated in other fields in addition to fighting skills. These academic skills proved to be useful during relatively peaceful times, because they were not needed much as warriors.

 The Samurai were bound to a particular lord and their communities by duty and honor. They were also bound to strictly follow the "Bushido" rules in their life. This was essential to become a dedicated element of society and a professional warrior. The "Bushido" philosophy not only affected the warrior class, but also had a deep impact on the culture and thought of Japanese people.

 The “Bushido” theory is so distinct that it is difficult to explain in a foreign language. Many people formulated it over a large span of time. It was never transformed in writings but lived out in the warrior’s life and heart. By the passage of time, it moved away from being a warrior code to impacting the culture and thought of Japanese nation. Bushido came out to be a deeper philosophy and way of life incorporating into the lives of all people.

 “Bushido” did not necessarily start out as a precise set of laws, but rather moral to guide the life of the warrior. The philosophy of “Bushido” evolved over the centuries, but its main focus was to live life according to the high standards expected from the warrior class. It is a philosophy of how to live a life as a true, complete warrior. Particularly two prime virtues of “Bushido” code, loyalty and honor, have deeply influenced the Japanese people all the way into the twentieth century.

 The native religion of Japan, Shinto contributed a lot to the “Bushido”, such as loyalty to the superior, respect for ancestors and the teaching of inner righteousness. Similarly Buddhism was important in “Bushido” development, focusing on practicing the way, not just studying teachings and writings.

 “Bushido” code created a way of life that nourished the Japanese nation through civil wars and most difficult times. It also influenced the mental structure of Japanese people by a long way. “Bushido” code was made a foundation for Japanese nation’s moral training and patriotism.

In 1853, the American president delivered a message to the Japanese emperor asking for opening trade with Japan. The Japanese were divided on the trade matter. Some were against the American offer and wanted to maintain isolationism and stay with the old traditions. Others wanted Japan become a world power, by opening up Japan to learn everything they could from the Americans, ending isolationism. Many rebellious groups, who wanted Japan to stay the same, supported the emperor who had refused to agree to the treaty. The situation resulted in a civil war and gradually turns of events led to a point where the emperor was restored to power. Finally, in mid 19th century, Samurai class was abolished altogether under the Japan's modernizing reforms. The imperial rule was restored and Japan entered into a new era of modernization and westernization. The government took away landlord’s power as she seized their land. Ultimately landlords were unable to support samurai. The samurai under economic crises, returned to the land as farmers or to the cities as workers. They no longer had a role in Japan.

 Although samurai class no more exists, “Bushido” code of ethics is still practiced in Japan in business and politics. In a way, the samurai may be gone, but their influence on methods of handling competition and conflict are alive and well in Japan. Many examples of Samurai's code of honor, dedication and loyalty can be witnessed today or in recent history. The practice of death instead of defeat or capture was deeply entrenched in Japanese military culture. It was one of the primary traditions the “Bushido” code: loyalty and honour until death. Japanese air force pilots demonstrated this during World War II, by deliberately crashing their planes into enemy ships on a large scale.

 “Bushido” philosophy is also working in Japanese corporate culture. Japanese people have great respect for their bosses and seniors. Sometimes businessmen commit suicide when fired, in an attempt to spare their bosses and family the burden of shame or dishonor. This is the continuity of the “Bushido” tradition of high integrity and “death before dishonor”. Employees have a deep sense of belong to their companies. On the other hand companies give a lifetime employment to their employees and employees despise those who constantly change job for better income. Japanese companies also go to great length to satisfy their customers, providing extra service even when delivery is made.

 “Bushido” spirit made its way into the Japanese martial arts as well. For this reason, Americans banned many martial arts during the post-war occupation. The most common forms of bushido martial arts practiced in Japan include: judo, karate, jujutsu, aikido and kendo etc. It is clear that the spirit of “Bushido” has significantly influenced the mental structure of Japanese people. Loyalty, dedication, and politeness are the virtues the Japanese nation is famous for.

********************************************************************************************************************************

Bushido 武士道 "Le code de Samuraî"

 "Bushido" vient du mot «bushi», qui signifie «guerrier» et le mot «do» signifie «la voie». Donc "Bushido" signifie "la voie du guerrier." En bref "Bushido" est le code des règles morales, que les guerriers japonais ou 'Samuraî' ont été demandés d’obserber. Au Japon d'aujourd'hui, ces guerriers ou 'Samurai' ne existent plus, mais la philosophie de "Bushido" existe. Il est donc essentiel de connaître "Bushido" pour comprendre la culture japonaise.

 Les guerriers ou «Samurai» étaient les membres de l'aristocratie militaire féodale japonaise du 11ème au 19ème siècles. "Bushido" était un code non écrit de vie des Samouraï (guerriers) japonais, très semblable aux chevaliers médiévaux de l'Europe, exigeant une loyauté absolue à la maîtrise et l'obéissance d'un guerrier et évaluant plus le honneur que la vie. En ce sens, "Bushido" est également désigné «l'esprit Samouraï". "Bushido" est le code d'éthique composé de sept principes moraux, que les samouraï étaient demandés de suivre strictement.

 Maintenant, nous voyons comment ces guerriers ou 'Samurai' ont été créés au Japon. Pendant des siècles, la tradition militaire a exercé une forte influence sur la vie des personnes. Les chefs militaires étaient initialement fidèles aux empereurs, mais avec la montée des grands domaines privés, au milieu du 8ème siècle, le contrôle impérial s’est affaibli. Les seigneurs féodaux locaux sont devenus progressivement autoritaires et indépendants du gouvernement impérial. Cela a produit des conditions chaotiques et l'anarchie dans la campagne. Les fonctionnaires provinciaux ont utilisé des groupes armés locaux pour garantir leur terre et de concourir pour le pouvoir.

 Jusqu’au milieu du 12ème siècle, ces forces armées locales ont évolué en classe de guerrier distinct (bushi, ou samouraï), éclipsant complètement la force militaire du gouvernement impérial. À la fin du 16ème siècle, Samouraï ont dominé la hiérarchie sociale qui a existée sous le régime militaire et ont évolué en élite héréditaire. À l'origine, le rôle des samouraï a été limité la garde de l'empereur et la noblesse. Plus tard, ils sont entrés dans la politique et ont pris le pouvoir politique progressivement en faisant descendre l'empereur et la noblesse.

 Finalement, une collection morale et coutumière des lois, "Bushido", a été développé. Selon ce code, Samouraï étaient destinés plutôt à accepter la mort dans la lutte que à fuir ou à capituler. Ils ont également eu le droit de tuer quelqu'un qu’ils ont trouve corrompu ou déloyal. Le code "Bushido" a également souligné l'honnêteté personnelle, le respect pour les autres, la volonté de se sacrifier à l'honneur, la loyauté envers les supérieurs, et l'obéissance absolue à leur devoir en difficultés ou dangers.

 Les sept principes de "Bushido" sont:

 1. L'intégrité et la sincérité.
 Un Samouraï doit toujours faire ce qui est bon pour les personnes. Il fera le bon choix, même s’il laisse seul. Rien n'arrête un Samouraï pour compléter ce qu'il a dit.
 2. La bravoure et le courage.
 Un Samouraï doit avoir du courage d'audace et le montrer à tous moments dans la vie, en danger ou non. Il ne doit pas avoir peur d'agir. La manifestation du courage ne doit pas être aveugle, mais avec sagesse et intelligence.
 3. La bonté et la compassion.
 Un samouraï doit traiter tous avec gentillesse et compassion. Comme un samouraï devient fort grâce à un entraînement intensif, ce pouvoir doit être utilisé pour le bien de tous. Il doit aider les autres à toutes les occasions avec compassion.
 4. La politesse et le respect.
 La politesse n’est pas une simple gentillesse - il s'agit de prendre garde aux autres. Un Samouraï est courtois, même à ses ennemis. Si nous ne respectons pas, nous ne sommes rien d’autre que des animaux.
 5. L'honnêteté et la justice.
 Un Samouraï devrait être extrêmement honnête dans les actions et les mots et les relations avec toutes les perponnes. Il y a beaucoup d'histoires de ceux qui ont été mis à mort pour avoir menti.
 6. L’honneur.
 Un samouraï doit défendre son honneur à tout prix parce que l'honneur est la plus grande vertu et vérité pour lui. Vos décisions et le moyen qu’elles sont réalisées reflètent qui vous êtes vraiment.
 7. Le devoir et la fidélité.
 Un Samouraï doit être loyal à tous et particulièrement aux supérieurs. Samurai croyait la fidélité comme un être plus précieux que la vie elle-même. Il se considère comme responsable de tous ses actes.

 Dans le Japon féodal, un seigneur a assuré la protection financière et militaire à ses vassaux et, en retour, il a attendu l’obéissance absolue d'eux, sinon le entier système se serait effondré. Ainsi, le devoir le plus important du Samouraï, c’était un fidélité à son seigneur. Les Japonais se seraient battus jusqu'à la mort pour protéger l'honneur de leur maître ou se seraient suicidés s'ils avaient estimé qu'ils avaient déshonoré leur seigneur. Ils auraient également chassé et tué une personne qui a déshonoré leur seigneur. L’honneur, c’était si important pour Samouraï qu'ils auraient pris leur propre vie plusieurs fois contre n’importe quelle errur ou violation des règles "Bushido". Se suicider était un moyen de restaurer l'honneur de son maître et sa famille.

 Samurai ont également été espérés être bien éduqués dans d'autres domaines, en plus de la compétence de combat. Ces compétences académiques se sont avérés utiles lors des temps relativement pacifiques, parce qu'elles n’ont pas été nécessaires autant que les guerriers.

 Samouraï ont été liés à un seigneur particulier et leurs communautés par le devoir et l'honneur. Ils ont été également tenus de suivre strictement les règles "Bushido" dans leur vie. Cela était indispensable pour devenir un élément dédié de la société et un guerrier professionnel.

 La philosophie du "Bushido" n'a pas seulement exercé une influence sur la classe des guerriers, mais aussi a eu un impact profond sur la culture et l'idée des Japonais.

 La théorie de "Bushido" est si distinct qu'elle est difficile d'expliquer dans une langue étrangère. Beaucoup de personnes l’ont formulée pendant longtemps. Elle n'a jamais été transformée dans les écrits mais a vécu dans la vie et le cœur des guerriers. Par le passage du temps, Bushido est passé de l’être comme un code des guerriers à celui comme un impact sur la culture et la pensée de la nation japonaise. Il est devenu comme une philosophie profonde et le mode de vie intégrante dans l’existance de toutes les personnes.

 "Bushido" n’a pas nécessairement commencé comme une collection précise de lois, mais plutôt comme une morale pour guider la vie des guerriers. La philosophie du «Bushido» a évolué pendant des siècles, mais son principal objectif est de vivre selon les normes élevées attendues de la classe des guerriers. C'est une philosophie de la façon de vivre une vie comme un vrai guerrier complet. En particulier, deux verues les plus meilleures du code du “Bushido”, la loyauté et l’honneur, ont profondément influencé les personnes japonaises tout le temps dans le vingtième siècle.

 La religion originaire du Japon, Shinto a beaucoup contribué à "Bushido", comme la loyauté au supérieur, le respect des ancêtres et l'enseignement de la justice interne. Pareillement, le bouddhisme était important dans le développement du "Bushido", concentrant sur la pratique de la manière, et pas seulement à étudier les enseignements et les écrits.

 Le code du "Bushido" a créé un mode de vie qui a nourri la nation japonaise à travers les guerres civiles et les moments les plus difficiles. Il a également influencé beaucoup la structure mentale des personnes japonaises. Le Code du "Bushido" a établi un fondement pour l’exercice moral et le patriotisme de la nation japonaise.

 En 1853, le président américain a livré un message à l'empereur japonais demandant l'ouverture du commerce avec le Japon. Les Japonais étaient divisés sur la question du commerce. Certains étaient contre l'offre américaine et voulaient maintenir l'isolationnisme et persister dans les vieilles traditions. D'autres voulaient que le Japon devienne une puissance mondiale, en ouvrant le Japon pour apprendre des Américains tout ce qu'ils pouvaient faire, et terminant l’isolationnisme. De nombreux groupes rebelles, qui voulaient que le Japon reste à être le même, appuyaient l'empereur qui avait refusé d'accepter le traité. La situation a causé une guerre civile et des changements progressifs d'événements ont conduit à un point où l'empereur a été restauré au pouvoir. Enfin, en milieu du 19ème siècle, la classe de Samouraï a été totalement supprimée sous les réformes de modernisation du Japon. La règle impériale a été restaurée et le Japon est entré dans une nouvelle ère de la modernisation et de l'occidentalisation. Le gouvernement a retiré le pouvoir des propriétaires comme il a saisi leurs terres. Définitivement, les propriétaires ont été incapables de soutenir Samouraï. Samouraï sous ces crises économiques, sont retournés à la terre comme agriculteurs ou à la ville comme travailleurs. Ils n'ont plus eu un rôle au Japon.

 Bien que la classe Samouraï n'existe pas plus, le code «Bushido» de l'éthique est encore pratiqué au Japon dans les affaires et la politique. Par une manière de voir, Samouraï peut-être disparu, mais leurs influences sur les moyens de faire face à la concurrence et les conflits sont vivantes au Japon. De nombreux exemples du code Samouraï d'honneur, le dévouement et la loyauté peut être démontrés aujourd'hui ou dans l'histoire récente. La pratique de la mort au lieu de la défaite ou la capture a été profondément ancrée dans la culture militaire japonaise. Elle était l’une des traditions les premiières du code "Bushido": la loyauté et l’honneur jusqu'à la mort. Les pilotes de l'armée de l'air japonaises l’ont montrée pendant la Seconde Guerre mondiale, en heurtant délibérément leurs avions contre les navires ennemis à grande échelle.

La philosophie du "Bushido" travaille également dans la culture d'entreprise japonaise. Les Japonais ont le grand respect pour leurs supérieurs et les personnes âgées. Parfois, l’homme d'affaires se suicide lors qu’il est licenciés, en tentant d'épargner le devoir de la honte et du déshonneur à leurs supérieurs et leur famille. Cela est la continuité de la tradition "Bushido" d'une grande intégrité et "la mort avant le déshonneur". Les employés ont le sens profond de l’appartenance à leur entreprise. D’un autre cêté, les sociétés donnent l’empoi à vie permanent à leurs employés et les employés ont du mépris pour ceux qui changent constamment le travail pour un meilleur revenu. Les entreprises japonaises maintenant aussi la satisfaction de leurs clients très longtemps, en offrant un service supplémentaire, même après la livraison.

L’esprit du "Bushido" fait ainsi sa voie dans les arts martiaux japonais. Pour cette raison, les Américains ont interdit de nombreux arts martiaux pendant l'occupation d'après-guerre. Les formes les plus populaires des arts martiaux du Bushido pratiqués au Japon comprennent: Judo, Karaté, Aïkido, Kendo, etc. Il est clair que l'esprit du "Bushido" a significativement influencé la structure mentale des personnes japonaises. La loyauté, le dévouement et la politesse sont les vertus pour lesquelles la nation japonaise est célèbre.